Home Témoignage Carnivore argentin, Lucas devient vegan presque du jour au lendemain

Lucas, carnivore argentin il devient végétalien

Au pays des carnivores…

A priori, manger végétarien en Argentine relève plutôt du défi. A Buenos Aires comme dans le reste du pays, être carnivore est légion, voire même une religion. D’ailleurs, le boeuf est l’unique animal digne d’être appelé « carne » (viande) pour les argentins. Au restaurant, si vous demandez un repas « sans viande », il est probable que l’on vous apporte un plat contenant du porc, du poulet… Un petit conseil, n’hésitez pas à énumérer la liste des chairs animales « sin carne, pollo, cerdo… » (sans viande, poulet, porc…), sans quoi vous risqueriez de tomber sur… un os !

 

De passage à Paris, Lucas nous accorde un moment pour nous expliquer son expérience de vegan.

En deux mots, qui es-tu ?

Ravi d’être ton premier interviewé 😉 Je m’appelle Lucas, j’ai 34 ans et je viens de Buenos Aires en Argentine. J’ai quitté mon pays natal il y a plus de 10 ans. Après plusieurs années à Barcelone et en Australie, c’est finalement à Londres que j’ai atterri. Je me suis installé dans le quartier d’Old Street où je travaille sur mon projet de start-up.

 

De quand date ton « vegan coming-out » ?

Cela fait 4 ans que je suis vegan. Mais avant cela, j’ai été végétarien pendant 1 an.

 

Comment es-tu tombé dans la marmite ?

A l’origine, je suis devenu végétarien pour ma santé. Avant, j’étais très souvent malade, je faisais beaucoup d’angines. J’avais également remarqué que j’étais intolérant à pas mal de choses et je me sentais constamment fatigué. Je me suis fait enlever les amygdales en Argentine car à Londres ils n’ont pas l’habitude de pratiquer ce genre d’intervention. Suite à cette opération, j’ai décidé de mener une vie plus saine en retirant la viande de mon alimentation. Je voulais voir si en devenant végétarien ça me permettrait d’aller mieux. J’avais 26, non 28 euh non 29 ans… wow en fait j’étais déjà plutôt âgé quand j’ai commencé… Remarque, on est libre de changer son alimentation même à 50 ans !

La transition vers le véganisme était une évidence pour moi. J’ai commencé ma vie comme beaucoup, en mangeant de tout, des pâtes, de la viande… puis je suis devenu végétarien. Je commençais à me sentir mieux alors l’étape suivante pour moi c’était d’être vegan. Quand j’étais végétarien (et pire quand j’étais omnivore), je somnolais après déjeuner. Aujourd’hui, je ressens une énergie constante, même après de lourds repas.

 

Une méthode particulière pour devenir vegan ?

Après un an de végétarisme, j’ai arrêté toute consommation de produits laitiers et d’oeufs du jour au lendemain. La seule véritable méthode pour moi ce fut de prendre LA décision de devenir vegan.

 

Comment a réagi ta famille argentine quand tu leur as annoncé être vegan ?

Ils se sont moqués de moi ! Ils n’ont même pas essayé de comprendre pourquoi et ils ne comprennent toujours pas. Même après 4 ans de véganisme, il n’est pas rare que mon frère me propose du fromage, des oeufs ou du lait animal. Je pense qu’il n’a toujours pas bien compris ce que signifie être vegan. Ma famille n’a pas conscience qu’il s’agit d’un véritable choix personnel. Ils pensent que tôt ou tard je reviendrais « sur le droit chemin ».

 

Une combine pour allier véganisme et vie sociale ?

Généralement, je n’annonce pas mon véganisme. Si l’on dit à l’avance que l’on est vegan, les gens changent de comportement. Ils font alors leurs courses en fonction de moi et je n’aime pas ça. Ca casse tout le charme de l’invitation… Il est rare qu’il n’y ait jamais rien que je puisse manger lorsque je suis invité : tomates, pain, olives… Il y a toujours un petit quelque chose à se mettre sous la dent ! Mais j’avoue qu’il m’arrive parfois de manger avant de sortir, juste au cas où 😉

Quand je vais en Argentine, c’est plus compliqué. Mes amis sont tous carnivores. Peu d’entre eux comprennent mon choix. Le weekend, la plupart s’invite, coupe une vache en deux et partage la viande en barbecue !…

 

Une réplique d’omnivore qui t’énerve ?

Non, pas vraiment. On a juste une opinion différente. Les non-vegans qui font des remarques excessives argumentent contre quelque chose qu’ils ne pratiquent pas. Parler sans savoir de quoi on parle, pour moi ça ne mérite pas d’y porter attention.

 

Pour toi, la cuisine est synonyme de…

La VIE !

 

Légère ou gourmande

« light but a lot » (légère mais en quantité !)

 

Bio c’est…

Juste du marketing !

 

Qu’est ce qu’on trouve dans ton frigo ?

En fait, je n’ai pas de frigo ! 

Wow… comment est-ce possible ?

Je mange surtout des légumes, des smoothies pour le petit-déj… et bon je vis en Angleterre où les températures sont plutôt fraiches ! Donc aucun problème de conservation ! 🙂

 

De quoi raffoles-tu ?

Pâtes de riz, sauce soja, brocolis et champignons.

 

As-tu adopté les simili-carnés ?

Simili-carnés, très peu pour moi. Je n’apprécie pas les produits qui me rappellent le goût et la texture de la viande. Cela ne me manque pas du tout !

 

Qu’est qui t’ouvre l’appétit ?

Une journée bien chargée !

 

Où fais-tu tes courses à Londres ?

Au supermarché du coin. Les magasins Sainsbury’s identifient les produits végétariens et végétaliens grâce à des logos. C’est très pratique ! Je trouve que ça devrait s’appliquer partout.

 

Si tu reçois des amis chez toi, tu leur cuisines quoi ?

Sans aucun doute des pâtes de riz !

 

As-tu un restaurant à nous recommander ?

A Paris, j’aime bien le restaurant-épicerie Sol Semilla même si je trouve que c’est un peu cher…

 

Un conseil pour un vegan en herbe ?

Prendre la décision de devenir végétalien, c’est le plus difficile. Après ça, il ne vous reste qu’à cuisiner. Je conseillerais de tester les produits végétaux en préparant des plats différents. Ne vous préoccupez pas de ce que peuvent dire les gens concernant le manque de vitamine B12, C ou tout autre lettre. Mangez juste beaucoup de fruits et régalez-vous de smoothies !

 

Que nous as-tu concocté ?

Je ne suis pas un chef mais j’aime bien cuisiner un petit peu quand même. Ce soir, j’ai fait une pizza végétalienne : « El tano pizza » (la pizza ritale) : brocolis, poivrons rouges (la couleur c’est important), aubergines, tofu, sauce tomates, olives et oignons, sans oublier de recouvrir de fromage végétal !

 

Question bonus : si tu étais un légume, tu serais…

Une tomate car c’est doux et savoureux (comme moi 🙂 lol). C’est surtout plein d’eau et parfait à tous les repas !