Home Témoignage Elsa, chef vegan du restaurant Le Veganovore

Elsa chef vegan - Le Veganovore

Le Veganovore, la nouvelle cantine végétale du 10e

Depuis plusieurs mois, de nouvelles cantines végétales ouvrent leurs portes à Paris pour le plaisir des accros aux mets végétaliens mais aussi des travailleurs en quête d’une pause-dèj énergétique, savoureuse et à petits prix. C’est rue de Paradis à Paris qu’Elsa a choisi d’implanter son restaurant Le Veganovore, un quartier dynamique qui compte de nombreux bistrots et lieux de sortie. Suite à sa campagne de crowdfunding financée avec succès, elle ouvre sa cantine vegan à l’automne 2015.

De passage à Paris, je comptais profiter de ma compensation suite à ma participation au projet de financement participatif sur Ulule. A l’heure du déjeuner, à peine arrivée dans la capitale, j’emmène ma belle famille au restaurant Le Veganovore pour découvrir les plats proposés : une cuisine maison avec des produits bio, de saison et 100% vegan, évidemment ! C’est l’occasion pour moi de rencontrer Elsa, qui a accepté de se prêter au jeu de l’interview.

 

Bonjour Elsa, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 31 ans et j’ai ouvert le 1er Octobre 2015 une cantine végétale à Paris : Le Veganovore.

 

Quel a été ton élément déclencheur du végéta*isme ?

Je suis devenue végétarienne à l’âge de 5 ans. Une jeune allemande était venu passer 1 mois dans ma famille un été et elle me gardait mon frère et moi. Elle vivait dans un village dans lequel était installé un abattoir. Une majorité des habitants travaillaient donc dans cette usine. Il me semble qu’elle avait ainsi eu l’occasion de le visiter et en était sortie totalement dégoûtée et par la même occasion était devenue végétarienne. Elle nous avait expliqué ses raisons et ça m’avait beaucoup inspirée. Quand elle est repartie en Allemagne, j’étais végétarienne et rien n’a pu me faire dévier de cette voie… jusqu’au jour où, une vingtaine d’années plus tard, je suis devenue végétalienne en comprenant que mon refus de faire souffrir les animaux n’était pas combler par mon végétarisme.

Aujourd’hui, les raisons qui font de moi une vegan sont à la fois éthiques et écologiques.

 

Comment t’es venue l’idée d’ouvrir Le Veganovore ?

J’étais consultante informatique dans une société de conseil. Un peu avant mes 30 ans, j’ai commencé à me poser des questions sur ma vie professionnelle et je sentais naître l’envie de faire quelque chose qui me ressemblait plus.

A cette époque, les pauses déjeuner étaient devenues un calvaire et chaque midi la même question se posait :

– Où trouver une nourriture saine, bio et végétalienne à un prix raisonnable ?

La seule réponse que j’avais trouvée à cette question était malheureusement la suivante :

– Dans mon Tupperware maison, héhé !

Mes pauses déjeuner se passaient donc devant mon ordinateur et des légumes froids, j’en ai eu marre et j’ai donc décidé de quitter mon travail et me suis donnée une année pour monter mon projet.

Elsa, chef vegan au restaurant Le Veganovore

 

Comment s’est passée ton expérience de financement participatif ?

J’avais envie de faire connaître mon projet avant de me lancer et je savais qu’au delà de me donner un coup de pouce non négligeable pour créer Le Veganovore, un financement participatif réussirait à donner confiance aux banquiers.

J’ai été super étonnée et émue de voir que des gens que je ne connaissais pas me soutenaient dans cette expérience ! Dans les moments de découragement (hé oui, ça arrive des fois : création d’entreprise rime avec paperasse administrative et ça peut très vite ressembler aux 12 travaux d’Asterix), je savais que j’avais derrière des dizaines et des dizaines de personnes qui m’encourageaient.

 

Qu’apprécies-tu le plus dans le fait d’être chef vegan ?

Travailler des produits français et issus de la terre et donner envie aux non vegan de manger végétalien (au moins le temps d’un repas).

Le Veganovore - produits frais et de saison   Plat fait maison vegan - Le Veganovore

 

A quoi ressemble une de tes journées de travail ?

Restaurant Le Veganovore rue de Paradis - ParisIl est entre 6h30 et 7h quand je sors de chez moi le matin et que j’enfourche mon vélo qui grince dans tous les sens et que je rejoins Le Veganovore. Pendant mon trajet d’environ 20 minutes, je commence à penser à tout ce que j’ai à faire et surtout dans quel ordre il faut que je fasse mes préparations.

Je cuisine ensuite jusqu’à 10h30 et suis parfois interrompue par la réception des commandes.

Je mets ensuite à jour mes cartes du jour (les ardoises de la salle, celles accrochées sur la porte et le menu publié sur Facebook).

A partir de 11h, je nettoie la cuisine, je range ma salle (si je n’ai pas eu le temps de le faire la veille), vérifie que Déjeuner au restaurant Le Veganovore de Paristout est en place, qu’il y a assez de couverts sur chaque table, que les carafes, la bouilloire et la machine à café sont remplies. Je prépare ensuite tous les packagings pour la vente à emporter et je suis normalement prête à accueillir les premiers clients à partir de midi.

C’est la période de la journée que je préfère même si elle peut être un peu stressante, notamment pendant le rush (généralement de 12h30 à 13h30).

Je passe le début de l’après-midi à ranger la salle, faire la plonge, ranger la vaisselle propre… ça fait plutôt bien retomber la pression du service. Je ne le fais pas en dilettante pour autant parce que je sais que plus je cuisine l’après-midi plus je pourrais arriver tard le lendemain. J’enchaîne donc sur un épluchage intensif de légumes de toutes sortes (mais toujours de saison, hein !) puis sur les cuissons …

Le Veganovore est plutôt calme l’après-midi mais il n’est pas rare que des gens viennent y déjeuner tardivement. Je peux donc les servir jusqu’à 16h30.

Vers 17h30, je range la cuisine et la nettoie puis je fais un dernier petit tour de salle pour qu’elle soit bien rangée le lendemain matin.

Il est 18h quand j’éteins la lumière et que je quitte Le Veganovore et c’est, un peu crevée, que je repars sur mon vélo qui grince toujours autant ! La journée de travail n’est forcément pas finie… il faut des fois s’occuper des commandes en rentrant, c’est généralement la première fois de la journée que je m’assieds.

 

Quelle est ta spécialité culinaire végétalienne ?

En ce moment, je reçois beaucoup de compliments sur ma crème patate douce & citron.

 

Des spécialités ou ingrédients que tu aimerais explorer ?

J’aimerais apprendre à cuisiner indien (mais pas forcément pour mettre ça en pratique au Veganovore).

 

Quels sont tes prochains projets avec Le Veganovore ?

Personnellement, je m’étais donnée pour objectif de mieux m’organiser dans mon travail pour réduire l’amplitude horaire de mes journées. J’ai beaucoup progressé et c’est salvateur de ne plus travailler plus de 80 heures par semaine (c’était le cas les 3 premiers mois).

Pour Le Veganovore, j’aimerais trouver le temps (on y revient encore) de préparer des jus de fruits & légumes frais tous les jours. Je suis en train d’étudier très sérieusement la question parce que je pense que cet été, ça pourrait bien sympa dans les menus à la place de la soupe 🙂

 

J’ai hâte de revenir à l’approche de l’été pour déguster tes jus de fruits et légumes frais ! 

 

Le Veganovore
55 rue de Paradis
75010 PARIS
+33 1 48 24 90 06
Page Facebook

crédit photos : Le Veganovore